4 semaines ago
57 Views

Women In Africa: “Plus il y aura de femmes chefs d’entreprises, mieux l’économie se portera”

WIA
  • banner
  • banner

Pour sa 3e édition, le forum veut “changer de paradigme”.

Il n’a pas été évident pour Aude de Thuin de garder le forum Women in Africa (WIA) à Marrakech. “Nous avons reçu beaucoup de demandes de pays subsahariens pour amener le forum dans cette région”, a déclaré la présidente du forum lors de la conférence de presse organisée jeudi 13 juin à Casablanca pour présenter l’événement.

Quelques jours avant WIA, qui se tiendra du 27 au 28 juin à Marrakech, la presse était conviée au siège de la CGEM. L’occasion pour les organisatrices de l’évènement de présenter le programme de cette 3e édition.

“Plus il y aura de femmes chefs d’entreprises, mieux l’économie se portera”

Pour la fondatrice de WIA, l’intégration des femmes dans le domaine de l’entreprenariat est une question de prospérité économique. “J’en ai assez que l’on parle des femmes avec une notion de charité”, s’exclame-t-elle. Chiffres à l’appui, cette dernière a insisté sur le fait qu’une plus grande implication des femmes dans l’économie ne sera que bénéfique pour le continent. “Plus il y aura de femmes chefs d’entreprises, mieux l’économie se portera”.

Pour cette 3e édition, le forum aurai ainsi pour thème: “Comment les femmes africaines engagent le monde et créent un nouveau paradigme?”. Au programme de ces deux jours: une série de conférences, master-classes et rencontres sur le thème de l’Afrique, mais aussi sur la relation du continent avec l’Asie, l’Europe et l’Amérique du Nord. “Un large contingent d’élues nord-américaines est prévu”, annonce Aude de Thuin.

“On parle souvent de la Chine-Afrique mais on ignore que plusieurs autre pays asiatiques investissent dans ce continent” continue-t-elle. Une conférence évoquera également la relation compliquée entre la Chine et le continent africain.

Autre sujet abordé durant cette 3e édition, l’agriculture, avec notamment l’attribution du prix de la “Femme agricole”, créé par l’OCP.  La question de l’Intelligence artificielle sera aussi évoquée à travers la conférence “Sciences: les femmes africaines agents du changement”.

WIA donnera enfin la parole “aux hommes qui soutiennent les femmes et qui souhaitent s’engager pour promouvoir cette initiative”, avec l’évènement “Men with WIA”, auquel participera notamment Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie.

Le Maroc, mauvais élève de l’entreprenariat féminin

Si le Maroc accueille à nouveau ce forum dédié à l’entreprenariat féminin, le pays est loin d’être un bon élève dans un continent où pourtant les femmes sont de plus en plus séduites par ce secteur. En effet, si l’Afrique compte 26% des femmes entrepreneures, elles ne dépassent pas les 10% au Maroc.

Des entrepreneures marocaines qui, souvent, on recours à “l’entreprenariat de survie”, regrette Meriam Zairi, présidente de la commission start-up et entrepreneuriat à la CGEM. “Il n’est pas créateur de valeur. Au Maroc, 10% des entrepreneurs sont des femmes, mais par obligation”.

Pour la présidente de la commission start-up, l’accompagnement est primordial dans le développement de l’entreprenariat féminin au Maroc. “Dans l’immobilier on répète ‘location, location location’ (‘emplacement, emplacement, emplacement’, ndlr), dans l’entreprenariat ça devrait être ‘accompagnement, accompagnement, financement’”.

“Il y a une urgence sociale dans notre pays et je suis convaincue que l’entreprenariat social est la clé de voûte du développement social”, explique au HuffPost Maroc Ghizlane El Manjra, présidente de la commission entrepreneuriat social de la CGEM. Pour cette dernière, une des clés du développement de l’entreprenariat féminin au Maroc est, entre autres, des législations encourageant la parité dans le milieu politique et économique. Une analyse partagée par Meriem Zairi qui revendique également une “discrimination positive”. “Au Maroc ce ne sont pas des plafonds de verre que l’on a, mais des plafonds en béton”, regrette-t-elle.

Lancé en 2016, Women In Africa (WIA) Initiative est une “plateforme internationale de développement économique et d’accompagnement des femmes africaines leaders et à haut potentiel”. Le Sommet rassemblera 500 personnes venant de 75 pays, leaders économiques, gouvernementaux et culturels, ainsi que des délégations de femmes originaires du Moyen-Orient, des États-Unis, d’Asie, en plus de femmes et d’hommes venant des 54 pays du continent.

Salma Khouja

Source : Huffpost Maghreb

 

  • banner