7 jours ago
47 Views

Valérie Manteau lauréate du Renaudot 2018 pour Le Sillon

Valerie Manteau
  • banner
  • banner

L’auteur est distinguée par le jury du prestigieux prix littéraire. Son ouvrage, qui retrace la vie du journaliste turco-arménien Hrant Dink, assassiné en 2007 à Istanbul, ne faisait pas partie de la liste des nominés. Déjà honoré par le Femina, Philippe Lançon a également reçu un prix spécial pour Le Lambeau.

Valérie Manteau a reçu le prix Renaudot mercredi au restaurant Drouant, près de l’Opéra de Paris, pour Le Sillon (Babelio). La surprise a été générale puisque son livre ne faisait pas partie de la liste des nominés. Son ouvrage, paru le 30 août, retrace la vie du journaliste turco-arménien Hrant Dink, assassiné en 2007 à Istanbul. Au fil des pages, Valérie Manteau se confie elle-même sur sa vie dans l’ancien Constantinople.

L’écrivaine de 33 ans est aussi éditrice et journaliste. Elle a fait partie de la rédaction de Charlie Hebdo et a travaillé aux éditions Les Échappés de 2008 à 2013. L’année de son départ du journal satirique, Valérie Manteau intègre le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée de Marseille. Entre-temps, elle écrit aux éditions Le Tripode Calme et Tranquille en 2016, puis Le Sillon deux ans plus tard. Amoureuse de la Turquie, où elle vit entre Marseille et Paris, elle décrit dans ses ouvrages son quotidien à Istanbul, sa ville de cœur.

Dans Le Sillon, Valérie Manteau mène une enquête sur Hrant Dink. Le reporter a travaillé pour le journal Agos («Le Sillon» en français). Dans un entretien diffusé sur le site Babelio, elle expliquait avoir été touchée par son histoire. «Peut-être comme la France, je dirais que la Turquie est un pays littéraire, où les gens sont attachés à leurs écrivains, leurs intellectuels – même s’ils ne les lisent pas forcément, indique-t-elle. C’est vrai que la littérature, la lecture comme l’écriture, crée des liens. Ça isole aussi beaucoup. Et intégrer sa vie privée à un livre est un jeu dangereux, je m’en doutais.»

Olivia de Lamberterie a reçu le Renaudot essai pour son ouvrage Avec toutes mes sympathies (Stock) et le Renaudot poche a été attribué à Salim Bachi pour son livre Dieu, Allah, moi et les autres (Gallimard). Déjà honoré par le Femina, Philippe Lançon a également reçu un prix spécial pour Le Lambeau (Gallimard).

Source : Lefigaro.fr

  • banner
  • banner