1 semaine ago
57 Views

Stéphanie THUNUS sera la première « Cheffe » à cuisiner pour Brussels Airlines

Stephanie THUNUS1
banner

Marre des plats caoutchouteux quand vous prenez l’avion? La Cheffe Stéphanie THUNUS va venir relever le niveau des plats mangés dans les airs. C’est la première femme à être invitée par Brussels Airlines.

Depuis 2013, Brussels Airlines accueille en son « Belgian Star Chefs », le gratin de nos grands cuisiniers. Geert Van Hecke (« De Karmeliet », un trois étoiles aujourd’hui fermé), fut le premier de cette dizaine de Chefs qui suggèrent des recettes inédites aux passagers de la classe business sur les vols de la compagnie vers l’Afrique, les Etats-Unis et l’Inde.

En 2018, la Province du Hainaut sera à l’honneur avec une Cheffe, Stéphanie THUNUS du restaurant « Au Gré du Vent » à Seneffe (une étoile). Elle proposera tout au long de l’année, quatre menus (un par trimestre) avec des produits de saison dont de nombreux locaux. En fonction, bien sûr, des possibilités techniques que représentent un service gastronomique à 10.000 mètres d’altitude…

« Les contraintes sont nombreuses. Après avoir imaginés les recettes dans ma cuisine, l’équipe de Brussels Airlines les goûte et les reproduisent dans l’esprit d’un service en vol, ceci avant de les valider et de les concrétiser dans leurs cuisines de l’aéroport. Des produits sont impossibles à travailler où fortement déconseillés comme les poissons et la viande crue tout comme les sauces montées au beurre. Les cuissons à basse température, très utilisées aujourd’hui, ne sont guère possibles. Et, dans l’avion, il faut savoir justement réchauffer l’assiette dressée. C’est un monde à part mais un bel exercice de style, une expérience intéressante« , approuve la cheffe hennuyère qui mettra en évidence des producteurs de sa région et belges en général, une priorité pour notre compagnie nationale qui a choisi, par exemple, le célèbre fromager Van Tricht et, pour l’année prochaine, les bières d’une nouvelle micro-brasserie d’Ecaussines, la brasserie de la Haute Senne.

Visibilité pour son restaurant

Autre contrainte: la quantité nécessaire pour les produits mis en œuvre est importante. 3.000 assiettes sont servies quotidiennement en « business class » sur les vols hors Europe. Rien que les joues de veau qui seront présentes dans les assiettes, nécessiteront un achat de deux tonnes!

Dès janvier, le premier menu sera composé d’une mousse de caille, de joue de veau, sauce estragon et moutarde violette ainsi que du lieu jaune, sauce safranée. Côté rémunération, le compte bancaire de Stéphanie THUNUS ne sera guère rehaussé du moindre euro. Elle espère que cette démarche sera une belle visibilité pour son restaurant et attirera de nouveaux clients. Elle recevra néanmoins quelques billets d’avion…

Patrick FIEVEZ

Source : L’Echo

  • banner
  • banner