10 mois ago
1183 Views

RSE, outil stratégique de management des entreprises

Thierry TENE1
banner

D’après la norme ISO 26000, la Responsabilité Sociétale d’une Entreprise (RSE) est la responsabilité de celle-ci par rapport à l’impact de ces décisions et activités sur la société et l’environnement. Elle doit se traduire par un comportement éthique et transparent. Cette RSE doit contribuer au développement durable y compris à l’amélioration de la santé. Toute entreprise responsable doit être en conformité avec la législation nationale et les normes internationales de comportement. L’engagement dans un processus de RSE signifie son intégration dans l’ensemble du business model de l’entreprise. Enfin, la spécificité d’une politique de Responsabilité Sociétale pour une entreprise c’est la réponse aux attentes des parties prenantes internes et externes.

D’un point de vue opérationnel, la RSE s’articule autour de 7 questions centrales à savoir : gouvernance, droits de l’homme, relations et conditions de travail, environnement, loyauté des pratiques, questions relatives aux consommateurs, communautés et développement local. Malgré l’importance de cette problématique pour le management moderne des entreprises, peu de dirigeants positionnent la RSE comme un outil de pilotage de leur business.

Souvent ignorés, les consommateurs sont l’une des parties prenantes importantes de la RSE. La réponse à leurs attentes et le suivi des relations clients sont des gages de fidélisation. L’autre atout de la Responsabilité Sociétale des Entreprises est la mobilisation du personnel autour d’un projet fédérateur. En effet la valeur éthique est au cœur de la démarche RSE. Son déploiement est susceptible de remporter l’adhésion d’un maximum de collaborateurs autour de valeurs communes. Mais comment faire de la RSE, un outil stratégique du management de l’entreprise ? La première étape c’est la sensibilisation / formation.

Du comité de direction aux salariés de la dernière catégorie, il est très important de sensibiliser le plus grand nombre de collaborateurs sur la Responsabilité Sociétale et ses enjeux pour l’entreprise. Cette démarche est indispensable pour la participation des salariés à la co-construction de la politique RSE : gage de réussite. Les dirigeants ont tendance à rédiger (ou faire élaborer) une politique RSE et ensuite l’imposer aux collaborateurs. C’est ce qui explique la faible adhésion du personnel. L’opération de renforcement des capacités vise donc à mobiliser les parties prenantes internes autour du projet RSE.

Sur l’ensemble des 7 questions centrales, les salariés sont particulièrement concernés par les relations et conditions de travail. Mais leur engagement, implication et mobilisation seront déterminants pour la réussite du plan d’actions des six autres questions centrales. La formule « l’humain au centre de la démarche RSE » prend tout son sens. La cartographie des parties prenantes externes est une étape importante de l’élaboration de la stratégie RSE. Il est, en effet, difficile de mettre en exergue son engagement RSE sans tenir compte de ces derniers.

Thierry TENE, Associé et Directeur de l’Institut Afrique RSE

  • banner
  • banner