3 mois ago
164 Views

Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM, Universitaire multi-casquettes et fervente militante de l’implication des femmes en politique

DIFFO TCHUNKAM Justine
  • banner
  • banner

Un parcours exceptionnel

Dans le système universitaire depuis 25 ans, Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM a effectué une bonne partie de ses études à l’Université de Yaoundé jusqu’en 1993. Après la décentralisation des Universités, elle se retrouve à Soa pour faire partie de la première promotion des Moniteurs appelés à l’époque « Chargés de Travaux Dirigés ».

En 1995, elle se rend en France pour des études doctorales à l’Université René Descartes. En 1998, Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM obtient un Doctorat en Droit International Economique avec Mention « Très Honorable » et les félicitations du Jury. De retour au Cameroun, elle débute les enseignements à l’Université de Yaoundé II en 1999 et accède au grade de Professeure, Maître de Conférences en décembre 2012. Elle prépare actuellement l’accès au grade de Professeure Titulaire.

Parallèlement à son parcours d’Enseignante-Chercheure et Professeure d’Université, Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM cumule également plusieurs casquettes. Elle est Directrice des Affaires Juridiques au Ministère de la Communication, Présidente du Conseil d’Administration de l’Observatoire Africain de la Pratique des Affaires et surtout Coordonnatrice Nationale du Réseau More Women in Politics.

Une militante à l’origine de l’augmentation du nombre de femmes élues

Créée en 2007, More Women in Politics est une organisation de la société civile  qui vise les objectifs suivants : Eveil de la conscience politique des femmes, sensibilisation sur l’importance de l’accroissement du nombre de femmes dans la vie politique et publique au Cameroun, vulgarisation des outils relatifs à la participation politique des femmes et à l’effectivité de leurs droits, renforcement des capacités d’action et d’intervention des femmes en politique et dans l’administration camerounaise et sensibilisation des instances de décision sur la nécessité de fixer des objectifs chiffrés en vue de la réalisation de l’égalité des genres aux postes électifs et publics au Cameroun.

Ainsi plusieurs actions sont à mettre à l’actif de More Women in Politics : Réalisation des études diagnostics sur base empirique sur la participation politique des femmes avant la mise en place des programmes, organisation des sessions nationales de renforcement des capacités et coaching des femmes en matière de management, leadership et entreprenariat.

Sous l’impulsion de Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM, le réseau More Women in Politics a mis en place un Pool national des « Avocats du Genre », groupe de lobbying et de plaidoyer en faveur de l’effectivité de l’approche Genre dans les processus décisionnels à tous les niveaux et notamment la consécration de la prise en compte du Genre dans le Code électoral.

Elle s’est aussi beaucoup impliquée dans l’accompagnement du leadership et de l’amélioration de la représentativité des femmes dans les sites du pouvoir électif. Ce qui a permis d’obtenir des résultats importants : Passage de 13 % de femmes à l’Assemblée Nationale à 31 % en 2013 et au Sénat de 20 % à 26 % en 2018.  More Women in Politics a également ouvert en septembre 2017, un Centre de Coaching pour le Leadership et Action, cadre permanent de renforcement des capacités, de coaching et de mentoring des leaders féminins en général et des candidates à la compétition politique en particulier.

Recommandations pour la promotion des femmes en politique au Cameroun

Depuis quelques années, More Women in Politics plaide en faveur de l’adoption d’un Décret portant modalités de prise en compte du Genre, inscrit dans le Code électoral de 2012. Selon Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM, l’idéal aurait été qu’il intervienne avant les élections de 2018 afin d’éviter les contentieux pré-électoraux dont on aurait pu faire l’économie, s’agissant justement des listes de candidatures 100 % masculines et des listes de suppléants composées au ¾ de femmes. Elle estime également qu’à moyen et long terme, une loi sur la parité serait un bon marqueur dans la mesure où elle institutionnaliserait au moins la culture de l’approche Genre dans les habitudes des décideurs. C’est pour elle, le premier pas à franchir après les promesses discursives que l’on enregistre d’une campagne électorale à l’autre, juste pour capturer l’électorat féminin.

Les conseils de Pr. Justine DIFFO TCHUNKAM pour la réussite des jeunes femmes dans le milieu professionnel

Ne vous comparez par aux hommes, car nous ne serons jamais des hommes. Mais n’abandonnez JAMAIS et vos actions et vos résultats plaideront pour vous.

La rédaction

  • banner
  • banner