10 mois ago
1618 Views

Pourquoi et comment maîtriser sa trésorerie?

Bernaard NGAZO1
banner

La trésorerie est une donnée centrale dans la gestion de toute organisation. Elle conditionne la survie et la pérennité de chaque entreprise indépendamment de sa bonne croissance ou d’une rentabilité satisfaisante. Ainsi, une mauvaise maîtrise de la trésorerie peut amener l’entreprise à la cessation d’activité si elle se retrouve dans l’incapacité de faire face aux échéances de paiement bien même qu’elle soit en phase d’expansion ou de développement. D’où la nécessité impérieuse pour tout Manager de maîtriser cette variable centrale de pilotage des organisations. Comment appréhender de manière simple la trésorerie ?

La situation patrimoniale d’une entreprise, illustrée par son bilan, traduit la synthèse de toutes les décisions prises dans trois domaines : la politique d’investissement, la politique de financement (fonds propres et dettes à long terme), la gestion du cycle d’exploitation.

Une tension sur la trésorerie prend ses racines forcement dans la minière de piloter ces trois politiques. Les sources de ces tensions sont généralement liées à :

  • Une sous-capitalisation qui généralement fait suite à l’insuffisance de l’apport initial;
  • Un taux de prélèvement excessif sur les bénéfices ne permettant pas ainsi de renforcer les fonds propres ;
  • Un niveau d’investissement mal maîtrisé ;
  • Une politique d’approvisionnement et de gestion des stocks inefficace qui génère un niveau de stock élevé ;
  • Une gestion des relations clients inefficiente ;
  • Une insuffisance de la profitabilité d’exploitation ;
  • Une méconnaissance des vertus de l’endettement qui amène certains dirigeants à refuser tout endettement et les amène à chercher l’autofinancement;
  • Et finalement une mauvaise structure financière qui porte en elle les germes d’une tension de la trésorerie.

Afin de faire face aux contraintes de trésorerie, les actions suivantes peuvent être entreprises :

  • Revoir sa structure financière si la source du problème est liée à l’insuffisance du fonds de roulement. Le renforcement des fonds propres par augmentation du capital, blocage des Comptes Courants Associés, consolidation des réserves peut constituer une solution. De même, l’introduction d’une dose d’endettement à long terme participe au renforcement du Fonds de roulement ;
  • Optimiser la gestion du besoin en fonds de roulement grâce à une bonne gestion des stocks, un meilleur suivi des créances et des mécanismes de recouvrement (gestion efficace des clients en retard de paiement avec relance systématique, mise en demeure…). Une croissance rapide non maîtrisée peut s’accompagner d’une dégradation de la situation de la trésorerie si en face des moyens financiers conséquents ne sont pas mobilisés.
  • Mieux maîtriser la politique d’investissement accompagnée d’un plan de financement adéquat. De même, pour l’acquisition de certaines immobilisations, le recours à d’autres modes d’acquisition que l’achat direct peut être sollicité (exemple du Crédit-bail ou leasing).
  • Avoir recours à des mécanismes de financement alternatifs au financement bancaire : l’affacturage qui permet de récupérer rapidement de la liquidité, le Lease Back qui combine deux opérations simultanées de cession de biens que l’on dispose à une société de crédit-bail et signature d’un contrat de location.

Il est impératif, quel que soit la taille de l’entreprise d’élaborer le budget et le tableau de trésorerie et d’assurer une gestion active des flux

Par Bernard NGAZO, Fondateur et Directeur Général de l’ESCIC (Ecole Supérieure de Commerce et d’Industrie du Congo), Fondateur de la société « La Financière SA », première société de bourse du Congo – Ancien  Président du Conseil d’Administration

  • banner
  • banner