11 mois ago
449 Views

Pauline Burgener personnalise les soins de beauté grâce à la science

Pauline Burgener
  • banner
  • banner

La biologiste dirige le laboratoire lausannois de sa marque, qui élabore des cures sur mesure dans des spas d’hôtels de grand luxe.

Riche en spas, instituts de soins de la peau, fabricants de cosmétiques, cabinets de médecine esthétique et de traitements anti-âge, le bassin lémanique rime avec bain de jouvence. Forte d’une longue expérience dans la création de produits pour le visage et le corps, après avoir repris le laboratoire spécialisé de son beau-père, Marc Burgener, fondé en 1955, Pauline Burgener a lancé il y a un peu plus de deux ans un nouveau concept de soins fondé sur une analyse personnalisée et scientifique de la peau. Celui-ci propose des traitements sur mesure aux clients des centres spécialisés qu’elle a ouverts dans plusieurs spas d’hôtels très luxueux dans le monde.

«C’est une révolution dans les soins de la peau. Si l’on arrive à lui donner les éléments dont elle a besoin, on arrive à freiner son vieillissement», s’enthousiasme la docteur en biologie, fondatrice et directrice de la société Laboratoire & Spas Pauline Burgener, sise à la rue du Midi, à Lausanne. Elle n’hésite d’ailleurs pas à qualifier les espaces de soins qu’elle a créés dans des cinq-étoiles de centres «haute couture». Le premier a été ouvert début 2016 dans le spa du Grand Hôtel du Lac, à Vevey, propriété d’une famille princière de Bahreïn. Les personnes qui le fréquentent, majoritairement féminines, peuvent suivre des cures personnalisées avec des produits de soins de la peau conçus par le laboratoire spécialement à leur intention.

Carte d’identité de la peau

La directrice de l’entreprise lausannoise explique qu’elle a commencé il y a trois ans, en collaboration avec des dermatologues et un fabricant allemand, à développer des appareils et des logiciels établissant une carte d’identité de la peau permettant de choisir le traitement le plus adapté. Les machines installées dans les centres de soins disposent d’un système de mesures et de photographies haute définition qui mettent en relief les taches de la peau, la pigmentation, la profondeur des rides, les pores, la vascularisation ou l’hydratation. Grâce aux technologies connectées, les résultats sont ensuite soumis à l’analyse du médecin dermatologue, allergologue et de la responsable du laboratoire elle-même, en tant que biologiste.

Leur diagnostic permet de définir un programme de traitement individualisé et de formuler la composition et le dosage des ingrédients actifs dans les produits de soins cosmétiques. «Je veux amener ce qu’il y a de mieux dans la médecine anti-âge dans le monde des spas», relève Pauline Burgener. Pour elle, le succès de sa maison tient au label de qualité suisse ajouté au caractère scientifique des analyses et traitements. Aujourd’hui, six spas d’hôtels de prestige porte la griffe «Haute couture Pauline Burgener Switzerland»: outre Vevey, le Dolder Grand Hotel à Zurich, le Grand Hôtel du Cap-Ferrat, un Four Seasons Hotel comme à New York et à Genève (Hôtel des Bergues). Et depuis peu le célèbre George V, à Paris, qui a ouvert les portes de son spa le 20 septembre. Mais d’autres sont prévus à Dubai, Beyrouth et Londres. Tandis que les soins et produits de spas de la marque sont déjà diffusés dans 25 spas dans le monde, dont Gstaad, Saint-Pétersbourg, Amman (Jordanie), jusqu’aux Seychelles. La cheffe d’entreprise a l’ambition de doubler leur nombre, notamment en Asie, sur un modèle d’exclusivité permettant à ces établissements d’attirer une clientèle aisée pour un séjour de cure.

Doctorat à Lausanne

Fille d’un avocat, originaire du Liban, Pauline Burgener a fui la guerre civile en 1976 avec sa famille, pour s’installer à Rio de Janeiro pendant près de neuf ans. Avec le passeport brésilien, elle débarque en Suisse pour faire ses études de biologie à l’Université de Lausanne. C’est là qu’elle rencontre son mari, Hervé Burgener, fils du fondateur de la société (mais il n’est pas associé), qui est devenu pharmacien. Après sa licence, elle poursuit des recherches dans le domaine de la dermatologie et des traitements de la peau, obtenant un doctorat en biologie moléculaire qui l’autorise à mentionner son titre dans la marque. Un attribut, dont elle est fière, qui est rare car il est très réglementé, explique-t-elle.

En 1995, elle reprend avec son frère Pierre et sa sœur Nadine (responsable du marché moyen-oriental), le laboratoire du Dr Marc Brugener, qui était lui-même chirurgien plasticien. Ils décident de développer les services de la clinique de Lausanne dans une «approche complémentaire de la beauté», en intégrant aux produits cosmétiques (une centaine actuellement pour le visage et le corps), la nutrition, le fitness, les massages, ainsi que la médecine esthétique et une chirurgie légère. À ses yeux, la formule secrète des soins anti-âge tient en effet beaucoup à une bonne hygiène de vie. Ce qui n’empêche pas la femme entrepreneure, soutenue par Innovaud, de viser toujours plus loin dans le domaine des sciences. Elle dit ainsi travailler avec un laboratoire zurichois sur les cellules souches, une technologie qui permettra à l’avenir d’apporter «une nouvelle cosmétologie».

Edelweiss et caviar

Une dizaine de collaborateurs, sur un total de 35 dans la société, sont actifs au siège de Lausanne, où se trouve l’une des huit cliniques spécialisées de la peau, complétée par la médecine esthétique. Une autre dizaine travaillent dans les deux laboratoires de recherche et développement à Cugy et au Mont-sur-Lausanne. On y prépare les solutions de cosmétiques personnalisées alors que les produits standardisés (à base, notamment, de rose alpine ou d’edelweiss, ou même de caviar pour le marché russe) sont fabriqués chez des sous-traitants suisses.

Bien qu’elle coure le monde du luxe pour ses affaires, tout en gardant un œil sur ses trois fils âgés de 24 à 26 ans – l’un d’eux est le snowboarder prodige et musicien Pat, qui a donné son nom à la ligne de cosmétique masculine –, Pauline Burgener continue à concevoir chacun des produits de sa marque

Jean-Marc Corset

Source : 24 Heures

  • banner