1 année ago
639 Views

Moins de 30 % de femmes dans le secteur de l’énergie !

Isabelle KOCHER
  • banner
  • banner

Après la COP 21 organisée à Paris il y a 2 ans, la capitale française accueillait le 12 décembre dernier le sommet One Planet. L’occasion de constater une nouvelle fois, outre l’absence de nombreux chefs d’État, le peu de femmes présentes. Or, elles ont un vrai rôle à jouer dans l’environnement, le développement durable et l’énergie. Pourtant, en 2017 on compte moins de 30 % de femmes dans le secteur de l’énergie !

Une seule femme dirigeante parmi les entreprises du CAC 40 et c’est… dans l’énergie, et plus précisément au sein d’Engie avec Isabelle Kocher à sa tête. Mais force est de constater que c’est l’arbre qui cache la forêt !

Les femmes ne manquent pas d’énergie

En effet, comme dans de nombreux secteurs intégrant une certaine dimension technique, l’énergie tarde à tendre vers une parité plus affirmée. Et tant que les écoles d’ingénieur-e-s continueront à accueillir moins de 30 % de femmes, il faut reconnaître que la mixité sera difficile à atteindre au sein de la branche professionnelle des Industries Électriques et Gazières (IEG).

Ainsi, en 2002, la 1re enquête menée au sein de la branche des IEG indiquait un taux de féminisation des effectifs de 22,3 %. En 2017, il s’élève désormais à 27,2 %. Le constat est pire au sein de la filière purement technique qui ne compte que 14 % de femmes !

Pourtant, les femmes, comme tous les citoyen-nes, ont un vrai rôle à jouer : elles sont même majoritaires dans le secteur au sein des branches commerciales et tertiaires !

Le secteur des énergies renouvelables a besoin de femmes

Et le constat ne s’arrête pas là malheureusement. Si le secteur de l’énergie est en plein bouleversement, les énergies renouvelables, autrement dit les énergies de demain, lui emboîtent le pas concernant la place des femmes.

En effet, le secteur de l’énergie éolienne aux États-Unis par exemple ne compte que 20 à 25 % de femmes selon l’association Women of Wind Energy (WoWE).

Or face à des enjeux tels que le réchauffement climatique, l’urbanisation galopante, la raréfaction des ressources… il est essentiel d’impliquer un panel de compétences et de profils le plus représentatif possible de la société. D’où l’importance de valoriser les femmes dans ce secteur et, en règle générale, de favoriser davantage de diversité.

Des réseaux féminins très actifs

Toutefois, bonne nouvelle pour les jeunes femmes passionnées par l’énergie : le secteur se mobilise en faveur des femmes à l’image de nombreux réseaux qui se sont créés au sein des entreprises. Parmi eux : Energies de femmes, Ex Aequo, Women In Networking… Et les hommes s’engagent aussi notamment par le biais du mentoring, du parrainage, etc.

D’autres initiatives menées par des associations comme Elles bougent font également évoluer les choses dans le bon sens en allant à la rencontre des plus jeunes – au collège et au lycée – pour promouvoir les acquières scientifiques.

Violaine CHERRIER

Source : violainecherrier.com

  • banner
  • banner