1 année ago
531 Views

Lucy Peng, discrète dirigeante de la première fintech de la planète

Lucy Peng
  • banner
  • banner

Ant Financial Services a été propulsé à la première place du classement mondial des fintech de KPMG. Mardi, les autorités américaines ont finalement refusé d’avaliser le rachat de MoneyGram, une opération préparée depuis un an qui lui aurait permis d’investir le marché américain du transfert d’argent.

Lucy Peng fuit autant les projecteurs que Jack Ma les attire : alors que le patron du géant de l’e-commerce chinois Alibaba fait parler de lui  en dansant habillé en punk devant ses salariés et en jouant dans un film de kung-fu, la dirigeante d’Ant Financial Services – bras armé financier d’Alibaba – préserve une image de leader plus terre à terre.

Une introduction en Bourse se profile

Cette posture est sans doute une bonne chose au vu des opérations délicates que sa société, propulsée à la  première place du classement mondial des fintech de KPMG , doit négocier. La dernière en date vient d’échouer d’un cheveu : mardi, les autorités américaines  ont finalement refusé d’avaliser le rachat de MoneyG ram , une opération préparée depuis un an qui lui aurait permis d’investir le marché américain du transfert d’argent. Qu’à cela ne tienne, la filiale chinoise, valorisée 60 milliards de dollars, a encore du pain sur la planche pour 2018 : une introduction en Bourse se profile dans les prochains mois.

Cofondatrice d’Alibaba

L’ancienne professeure d’économie, âgée de quarante-quatre ans, faisait partie des 17 amis et collègues que Jack Ma avait réunis dans son petit appartement de Hangzhou, en 1999, pour les convaincre de cofonder son projet fou : lancer une plate-forme de commerce électronique, Alibaba.

Lucy Peng y a joué un rôle essentiel en tant que directrice des ressources humaines – en supervisant 35.000 personnes – et en tant que présidente exécutive d’Alipay (l’ancien nom d’Ant Financial).

Dix-neuf ans plus tard, Alibaba est devenu un géant mondial et celle qui déclarait s’y être associée simplement pour « accomplir quelque chose avec un groupe de passionnés » a rejoint la liste des femmes les plus puissantes du monde établie par Forbes en 2015.

Leïla MARCHAND
Source : Les Echos
  • banner
  • banner