2 mois ago
98 Views

Les femmes vivent plus longtemps et la science ne sait pas vraiment pourquoi

Figaro
  • banner
  • banner

Partout dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Un atout biologique qui pourrait être lié à leur rôle essentiel dans la reproduction.

Jeanne Calment, Emma Morano, Jessie Gallan, Susannah Mushatt Jones, Kane Tanaka… Leur point commun? Avoir vécu jusqu’à 110 ans au moins. Et pour espérer faire partie de ce club des «supercentenaires», mieux vaut être une femme. Cet avantage de longévité du sexe dit faible se retrouve partout dans le monde et serait à rechercher du côté des hormones sexuelles. Plus particulièrement du côté des œstrogènes. Déjà connus pour protéger les femmes contre les maladies cardiovasculaires jusqu’à la ménopause, les œstrogènes préserveraient également les télomères, selon une étude présentée à un congrès sur la ménopause par Elissa Epel, professeur de psychiatrie (université de San Francisco).

Ces séquences d’ADN qui protègent l’extrémité de nos chromosomes garantissent le maintien de l’intégrité du génome au cours des divisions cellulaires. Car à chaque fois qu’une cellule se réplique, les chromosomes font de même avec le risque de perdre, au niveau des extrémités, une partie des informations génétiques nécessaires au fonctionnement cellulaire. Un phénomène évité grâce aux télomères. Malheureusement, avec le temps, ces derniers s’usent et se raccourcissent.

Lorsqu’ils ont atteint un certain seuil, la cellule entre en sénescence, favorisant l’apparition de maladies dégénératives ou de cancers. On sait depuis plusieurs années que chez les femmes ils sont généralement plus longs que chez les hommes. «À 50 ans, une femme a des télomères équivalents à ceux d’un homme de 42 ans», précise le Pr Athanase Bénétos, chef du service de gériatrie au CHRU de Nancy et chercheur à l’Inserm.

Longueur des télomères

Selon Elissa Epel, cette caractéristique pourrait donc s’expliquer par l’action des œstrogènes. «Des études expérimentales suggèrent que ces hormones augmentent l’activité de la télomérase, l’enzyme qui peut protéger et allonger les télomères», a ainsi souligné la chercheuse. Une hypothèse réfutée par le Pr Bénétos. Ce dernier explique que l’on devrait alors observer une accélération de l’usure des télomères après la ménopause en raison d’une carence en œstrogènes. «Or ce n’est pas le cas. Par ailleurs, les travaux que nous avons menés nous orientent vers une autre hypothèse, dans laquelle la longueur de nos télomères est largement déterminée à l’issue des premières années de vie sans que l’on sache de quelle façon», insiste le spécialiste français.

«Des études expérimentales suggèrent que les œstrogènes augmentent l’activité de la télomérase, l’enzyme qui peut protéger et allonger les télomères»

Elissa Epel, professeur de psychiatrie

La longévité des femmes ne peut donc pas se résumer à une simple question hormonale. Elle est sans aucun doute plus complexe. «Pour expliquer cet écart, les chercheurs ont exploré tous les domaines: biologiques, sociaux, comportementaux, etc. Aucun n’a permis, à ce jour, d’expliquer le phénomène», analyse le Pr Jean-Marie Robine, démographe, qui dirige l’équipe Recherche biodémographique sur la longévité et la vitalité à l’Inserm.

Paire de chromosomes X

L’avantage biologique en faveur des femmes proviendrait donc essentiellement de leur rôle dans la reproduction. Les femmes donnent naissance aux enfants et ont dû, tout au long de l’évolution, les accompagner étroitement durant les premières années de vie pour leur permettre de survivre jusqu’à l’âge adulte. «C’est d’ailleurs vrai pour toutes les espèces animales. La longévité est toujours du côté de celui qui s’occupe des enfants, qui les protège», souligne le Pr Jean-Marie Robine.

«La longévité est toujours du côté de celui qui s’occupe des enfants, qui les protège»

Le Pr Jean-Marie Robine, démographe

Les femmes auraient notamment un avantage génétique grâce à leurs deux chromosomes X: si une mutation touche l’un des gènes d’un des deux chromosomes X, l’autre permettrait une compensation. «Vous pouvez choisir le gène le plus robuste, ce qui n’est pas le cas pour les garçons, qui sont XY», explique le Pr Athanase Bénétos. De plus, la paire de chromosomes X jouerait un rôle important contre les lésions oxydantes occasionnées par les radicaux libres. «En assurant la réplication d’enzymes de réparation que le chromosome Y est beaucoup moins apte à remplir», note Jacques Vallin, dans Démographie. Les déterminants de la mortalité (Ined).

La plus petite taille des femmes jouerait également en leur faveur. «Cet avantage biologique serait d’environ deux ans», souligne Jean-Marie Robine. Il aurait été amplifié, pour atteindre 6 à 8 ans dans les pays comme la France et le Japon, depuis que les femmes ont eu accès aux progrès de la médecine (beaucoup plus rapidement que les hommes) et qu’elles maîtrisent leur fécondité. Aujourd’hui, s’il semble se stabiliser voire diminuer, c’est que les hommes bénéficient à leur tour des progrès et que les femmes ont adopté des comportements plus à risque. Les avantages biologiques innés se révèlent être de bien faibles protections face au tabac, à l’alcool ou à tout autre environnement défavorable.

Anne Prigent

Source : Le Figaro

  • banner
  • banner