2 semaines ago
74 Views

LE SEXISME AU TRAVAIL N’EST PAS SEULEMENT OFFENSANT, IL NUIT AUSSI À VOTRE SANTÉ MENTALE

Sexisme
  • banner
  • banner

Une nouvelle étude explore le lien entre le sexisme au travail et les troubles mentaux, observés chez les personnes qui en sont victimes.

Les regards insistants, les ricanements, le pelotage, la dépréciation… ont été – et son encore trop souvent – des attaques supportées par les femmes sur leur lieu de travail. Comme le prix à payer pour pénétrer dans un monde dominé par les hommes. Si, aujourd’hui, peu d’hommes se vanteraient de jouer des clichés sexistes avec leurs homologues femmes, il n’en reste pas moins que les personnes victimes sont encore nombreuses. On trouve aujourd’hui de nouveau noms, comme le sexisme furtifs, mais qu’on ne s’y trompe pas, il n’est pas inoffensif pour autant.

L’année dernière, une étude a révélé que près d’un quart des femmes âgées de 16 à 30 ans vivant en Angleterre et au Pays de Galles avait été victime de harcèlement sexuel au travail, 31% déclarant avoir été victimes de discrimination fondée sur le sexe tout en recherchant un emploi et plus de 40% des mères ayant déclaré avoir subi une discrimination lors de leur grossesse. Or, ces attaques n’ont pas seulement pour effet que de nuire à la carrière professionnelle des victimes. Au-delà du plan purement carriériste, il semblerait que le sexisme pourrait avoir un effet direct sur la santé mentale.

Selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of Applied Social Psychology, les femmes victimes de sexisme institutionnel et de sexisme “bienveillant” – délétère, tant au niveau individuel qu’interpersonnel – au travail, ont plus tendance à avoir le sentiment de ne pas “appartenir” à leur secteur d’activité – un sentiment qui est associé aux personnes atteintes de névroses, les rendant vulnérables.

L’étude a épluché les témoignages de près de 200 femmes. Les chercheurs ont déclaré qu’un manque d’appartenance à son secteur d’activité pourrait expliquer pourquoi le sexisme organisationnel a un effet négatif sur la satisfaction des femmes au travail. Oui, en effet, si vous évoluez dans un secteur qui dénigre votre sexe, vous risquez de perdre tout enthousiasme à vous lever le matin pour faire faire des bénéfices à ladite structure.

Cela fait sens. Alors, les victimes développeraient des pathologies faisant souffrir de solitude, ou d’aliénation. “Des méthodes visant à intégrer les femmes dans les secteurs à prédominance masculine et leur donner un meilleur sentiment d’appartenance peuvent contribuer à améliorer leur santé mentale et leur satisfaction professionnelle“, a déclaré Mark Rubin, professeur agrégé de psychologie sociale à l’Université de Newcastle, en Australie et co-auteur de l’étude. “Cependant, nous avons également besoin de meilleures stratégies pour réduire le sexisme sur le lieu de travail si nous voulons nous attaquer à ce problème à la racine“, a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première étude à suggérer que le sexisme au travail pourrait nuire à la santé mentale des femmes. Des recherches effectuées en Suède en 2013 par des universitaires suédois, ont révélé que les personnes qui travaillent dans des environnements où l’inégalité entre les sexes règne, sont plus susceptibles de manifester un sentiment de détresse psychologique. Alors qu’une étude menée en 2016 par des chercheurs de l’Université de Columbia, a établi un lien entre l’écart de rémunération entre hommes et femmes et l’anxiété et la dépression. Pourtant, nous ne devrions pas avoir à en arriver là… Le point positif reste que les psychologues et sociologies s’emparent du sujet. Il était temps, non ?

Marine Decremps

Source : Glamour 

  • banner
  • banner