7 mois ago
280 Views

LA TRANSPARENCE POUR RÉSOUDRE LES INÉGALITÉS SALARIALES

Transparence
  • banner
  • banner

Rendre public les écarts de salaires favoriserait leur réduction et encouragerait les entreprises à embaucher et promouvoir davantage de femmes. C’est ce qui ressort d’une récente étude danoise, la première a avoir été réalisée au sujet de l’impact de la transparence sur les écarts de salaire hommes-femmes.

Au Danemark, les entreprises (de plus de 35 salarié.e.s) ont depuis 2006 l’obligation de publier en toute transparence un rapport annuel sur les écarts de salaire hommes-femmes.

Après avoir analysé les statistiques salariales de ces entreprises, avant et après l’introduction de la loi de 2006, les 4 chercheurs ayant mené l’étude affirment être en mesure de prouver que la transparence salariale fonctionne.

Et pour cause, les résultats démontrent que de 2003 à 2008, les écarts de salaires entre hommes et femmes ont baissé de 18,9 % à 17,5 %, soit une baisse de 7 % au sein des entreprises concernées par la publication obligatoire des écarts.

En revanche, aucune amélioration n’a été enregistrée dans les entreprises non concernées par ces obligations, qui stagnent à un écart de 18,9%.

UNE TRANSPARENCE À ADOPTER EN FRANCE

Selon une simulation réalisée par le ministère du Travail auprès de quelque 40 000 sociétés, le principe « à travail égal, salaire égal », pourtant inscrit dans la loi depuis 1972 en France, est loin d’être respecté.

A l’heure actuelle, seulement 6% des entreprises de plus de 50 salariés sont irréprochables en matière d’égalité salariale femmes-hommes. Les entreprises de plus de 1000 salarié.e.s sont les pires élèves, puisqu’elles ne sont que 1% à respecter cette égalité salariale.

Grâce à l’index de l’égalité hommes-femmes, outil mis en place par le gouvernement à partir du 1er mars prochain, ces grandes entreprises n’auront bientôt plus d’autres choix que de suivre à leur tour le chemin de la transparence. Elles devront rendre public leurs résultats en matière d’écart salarial, avant de rectifier le tir, sous peines de sanctions financières.

Source : Les femmes de l’économie

  • banner