2 semaines ago
68 Views

La Philharmonie offre un tremplin aux jeunes cheffes d’orchestre, encore peu nombreuses

Femmes cheffes orchestres
  • banner
  • banner

Dans le monde, seulement 4% environ des chefs d’orchestre seraient des “cheffes”. Mais les choses évoluent, à l’image du premier “tremplin” organisé vendredi par la Philharmonie de Paris pour donner plus de visibilité à de jeunes femmes plongées dans un métier encore largement masculin.

“Trop émotionnelle”, “fragile”, “ne peut pas gérer un ensemble” : pour les rares “cheffes” d’orchestre, il est souvent difficile d’aller contre l’image de chef autoritaire et tout-puissant que se font le public et aussi certains musiciens.

En 2017, le célèbre chef letton Mariss Jansons s’est rapidement excusé après avoir affirmé que ses consoeurs n’étaient “pas sa tasse de thé”. En 2013, le Russe Vasily Petrenko avait aussi créé une polémique en disant qu’un orchestre “réagissait mieux quand il avait un homme en face de lui”. Des propos déformés, selon lui.

Des cheffes superstars sont montées en puissance ces deux dernières décennies : la Canadienne Barbara Hannigan, la Lituanienne Mirga Grazinyte-Tyla, la Finlandaise Susanna Mälkki, et avant elles l’Américaine Marin Alsop ou encore l’Australienne Simone Young.“Tu diriges de manière agressive”, leur dit-on

En France, les baguettes les plus connues sont celles d’Emmanuelle Haïm, de Nathalie Stutzmann ou de Laurence Equilbey mais le pays reste en retard en comparaison avec les Etats-Unis ou la Finlande.

“On peut entendre des remarques du genre ‘tu diriges de manière agressive comme toutes les cheffes d’orchestre'”, affirme à l’AFP la Française Chloé Dufresne, 27 ans. Elle fait partie des six cheffes qui vendredi ont dirigé l’orchestre de Picardie. La Philharmonie avait décidé d’offrir ce tremplin à des jeunes femmes qui s’engagent dans la profession en leur donnant la possibilité de se produire avec un orchestre professionnel devant des représentants d’orchestres français.

“C’est dans l’imaginaire des gens car on n’a pas l’habitude de voir des femmes au pupitre”, explique la cheffe d’orchestre originaire de Montpellier, diplômée en direction d’orchestre de Paris et de la prestigieuse académie Sibelius à Helsinki. “Dans dix ans, on n’en parlera même plus”, estime la jeune femme, inspirée enfant par sa cheffe de choeur.On favorise davantage l’immersion des garçons, qui peuvent se faire la main

Même quand les études sont brillantes, c’est au niveau du marché de travail que le problème se pose. “La question centrale est que les femmes diplômées ont du mal à être confrontées au milieu professionnel”, explique à l’AFP Laurent Bayle, directeur de la Philharmonie de Paris.

On favorise encore l’immersion des garçons “qui peuvent tâtonner, se faire la main tandis que pour elles, c’est plus difficile”.

“C’est la poule et l’œuf : puisqu’elles ne peuvent pas diriger, le geste est moins bon”, explique-t-il. Pour lui, le chiffre généralement avancé de 4% de femmes “cheffes” est un rien trompeur car lorsqu’on parle de grands orchestres et de grandes oeuvres, le pourcentage est inférieur, alors qu’il est plus élevé pour les petits ensembles.

La Philharmonie a obtenu il y a quelques mois le label égalité/diversité. “On commence à balayer devant notre porte”, précise Laurent Bayle.

Encore faudra-t-il pour certaines dépasser l’effet de surprise qu’elles peuvent susciter : “On me dit que c’est un métier dangereux pour les femmes”, sourit l’Américano-coréenne Holly Choe, 27 ans, pour qui “c’est une question de générations”.Le style n’a pas de genre

Nil Venditti, une Italienne de 23 ans qui fait son master de chef d’orchestre à Zurich, n’aime pas trop insister sur le genre. “Quand je suis sur le podium, je suis une personne, une musicienne”, dit la cheffe. A 23 ans, elle se retrouve souvent dans une situation “difficile” : non seulement femme mais également la benjamine de l’orchestre.

“Si je fais trop sentir à l’orchestre que ‘me voilà, moi, une femme, devant vous’ et que je suis trop autoritaire, on va me qualifier de ‘chiante'”, assure la jeune femme.

Pour Benoît Mathy, trompette solo dans l’orchestre de Picardie, avoir en face une cheffe d’orchestre, “c’est une bonne chose, car c’est différent”.

“C’est en train de se féminiser, ça rejoint tout le débat de société qui évolue”, ajoute le musicien de 35 ans.

Mais pour lui, la manière de diriger ne dépend pas du sexe du chef d’orchestre : “Le style n’a pas de genre.”

  • banner
  • banner