2 semaines ago
71 Views

Kering, Sodexo, GlaxoSmithKline : le trio gagnant des conseils les plus féminisés d’Europe

Sophie BELLON
  • banner
  • banner

L’association EWOB et le cabinet Ethics & Boards ont remis dans la soirée du 28 novembre les prix de la diversité des conseils d’administration en Europe. La France est en pointe, grâce à la législation Copé-Zimmermann imposant des quotas d’administratrices.

” Nous voulons promouvoir les femmes administratrices au niveau international “. Pour Monique Lempereur, présidente d’European Women on Board (EWOB), il était temps de mesurer la place des femmes dans les conseils d’administration européens. Créé il y a cinq ans, EWOB a mis en place une base de données répertoriant des femmes prêtes à devenir administratrices de sociétés hors de leurs frontières, et propose des programmes de mentoring entre dirigeants de nationalités différentes. L’organisation regroupe dix associations de l’Union Européenne dans neuf pays, la France étant représentée par deux réseaux, Financielles (Banque et assurance) et l’AFECA (association des femmes expert comptables administrateurs). EWOB est également présente en Allemagne, en Italie, en Finlande, en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume Uni, en Espagne et en République Tchèque.

” Pour mettre en œuvre ce premier index européen, nous avons comparé la diversité des genres au sein des conseils des 200 premières capitalisations de l’Euro Stoxx 600, et cela dans les neuf pays où EWOB est présent “, précise Monique Lempereur, une ingénieure chimiste de nationalité belge qui dirige les opérations de Continental Carbon pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Et une proche d’Ilham Kadri, la dirigeante Franco-Marocaine appelée à remplacer Jean-Pierre Clamadieu à la tête du groupe belge Solvay au 1er janvier prochain.

Une avance de la France incontestable

Pour mesurer la situation dans les neuf pays concernés, EWOB a fait appel à un expert en gouvernance et en diversité, le cabinet Ethics & Boards, qui établit chaque année le Palmarès de la féminisation des grandes entreprises françaises pour le Secrétariat d’Etat à l’égalité hommes-femmes, dont Challenges est partenaire. Le résultat de cette première étude européenne, dévoilé lors d’une soirée à Bruxelles, mercredi 28 novembre, montre que la France dispose d’une bonne longueur d’avance par rapport à ses voisins, grâce à la loi Copé-Zimmermann qui instaure un quota de 40% femmes dans les conseils depuis 2011. Un système qui fait école. ” En Belgique, la loi impose un tiers de femmes depuis 2017, et elle doit être étendue en 2019 “, souligne Monique Lempereur.

” Le 28 novembre, trois prix ont été décernés, détaille Floriane de Saint Pierre. Le premier, basé sur la féminisation absolue du conseil, a récompensé Kering, dont le conseil est composé à 60% de femmes. Le deuxième prix, combinant le pourcentage de femmes au conseil et une présidence féminine, a été décerné à Sodexo, qui affiche 53,8% d’administratrices sous la présidence de Sophie Bellon (photo). Le troisième prenait en compte le pourcentage de femmes au conseil et la présence d’une femme directrice générale. ” C’est le groupe britannique GlaxoSmithKline qui l’a remporté, grâce à un taux de 45,5% de femmes à son conseil et la nomination, en mars 2017, d’Emma Walmsley en remplacement Sir Andrew Witty, parti à la retraite. Elle est la première femme à diriger une major de la pharmacie, avec 30 milliards de livres (34 milliards d’euros) de chiffre d’affaires.

L’étude de ces 200 plus grandes capitalisations, dont 37 pour le Royaume-Uni, 30 pour la France et autant pour l’Allemagne, établit la moyenne européenne de féminisation des conseils à 33,6%. L’avance de la France est donc incontestable, avec un taux à 44,2%, devant l’Italie (36,5%), l’Allemagne (33,7%) et la Finlande (33,3%). Autre constat : la situation progresse dans les conseils puisque 57,5% des sociétés ont au moins un tiers de femmes à leur conseil, et seules 9% en ont moins de 20%. Sur les 200 répertoriées, soit 5%, dix entreprises sont présidées par une femme. Et 4,5% ont une femme directrice générale, dont le groupe d’édition néerlandais Wolters Kluwer, dirigé depuis 2001 par Nancy Mc Kinstry, et le groupe français d’énergie Engie, avec Isabelle Kocher, aux commandes depuis 2016. Sur ce plan, les « rôles modèles » ne sont pas encore en nombre suffisant pour inspirer les nouvelles générations.

Anne-Marie Rocco

Source : Challenges

  • banner
  • banner