3 années ago
8734 Views

Joséphine SYLVAIN NGOMA Une pionnière de l’industrie au Congo

Josephine SYLVAIN NGOMA
  • banner
  • banner

Au-delà des frustrations, elle s’est dite qu’elle devait relever le défi. A chaque obstacle, elle s’arrange à se surpasser.

Mariée et mère de plusieurs enfants, Joséphine Sylvain Ngoma fait ses études primaires et secondaires en France et rentre au Congo. Elle y effectue des études universitaires à l’Université Marien Ngouabi et est recrutée à Boscongo, comme Chef du personnel en charge du personnel expatrié. Pendant la crise économique, qui sévit au Congo en 1986 et qui ne laisse pas en marge le secteur pétrolier, la société Boscongo est obligée de prendre des mesures pour y faire face. L’entreprise décide donc de procéder au licenciement économique et d’externaliser la gestion du personnel. Joséphine Sylvain Ngoma fait donc partie de ce personnel. Après cette mauvaise passe, elle crée en 1987 JO services, une société spécialisée dans le placement du personnel pétrolier puisqu’elle se voit confier par Bos-congo sur la base de son expérience, le personnel externalisée.

Le roseau qui plie, mais le rompt pas

Créée sous le nom de JO services au départ, Sitrad-Congo décide, en 2008, soit 21 ans plus tard, de diversifier ses activités en créant une branche d’assainissement. Une opportunité s’est offerte à elle et elle n’a pas, apprend-on, hésité de racheter pour un franc symbolique la Société Ponténégrine d’Assainissement (SPA). « Nous nous sommes mis en partenariat avec le groupe ORTEC pour faire face à la demande et l’explosion des traitements des déchets industriels, notamment les boues de forage. Nous avons créé un centre de traitement de déchets à Tchissanga en partenariat avec la société CREDI , filiale du groupe SECHER. A partir du 31 Décembre 2015, nous avions arrêté le traitement des déchets pour pouvoir nous lancer dans d’autres challenges », confie la patronne de Sitrad-Congo, qui n’a pas oublié les nombreuses difficultés et frustrations vécues au début de ses activités. Victime du licenciement économique à Boscongo en 1986, elle devait faire les démarches administratives pour lacréation de l’entreprise (Sitrad-Congo). Un interlocuteur a, nous confie – t- elle, choisi de la frustrer, en lui disant que les femmes sont faites pour la couture, la coiffure, etc, des métiers qui leur sont réservés. « Je suis rentrée ce jour très frustrée, j’ai craqué, j’ai pleuré. Je me suis dite que j’étais dans un monde mysogine où les gens pensent que les femmes ne peuvent se lancer dans les affaires. Même en allant vers les entreprises, c’était très difficile. Mais au-delà des frustrations, je devais relever le défi. A chaque obstacle, je m’arrangeai à me surpasser », se souvient-elle. Heureusement pour cette dame entreprenante, son mari et ses parents ont toujours été là. Aujourd’hui, après 30 ans d’activité, tous ceux qui étaient dans le secteur bien avant elle ont complètement disparu. Elle y est restée. Comme le roseau, elle plie mais ne rompt pas. « C’est une grande fierté en tant que femme. J’ai cru et mis la foi », martèle-t-elle.

Femme entreprenante

Trente années après, la dame de fer tient toujours debout. Malgré la peur qui a failli la dissuader de se lancer dans l’entreprenariat et surtout dans un secteur essentiellement masculin. « Bien qu’étant un secteur essentiellement masculin et dédié aux hommes à l’époque, il est vrai que la peur s’est installée à un moment donné étant autodidacte. Mais j’ai suivi des formations, participé à de nombreux séminaires. Jeme suis formée également à travers la lecture, car je suis très passionnée de la lecture. Ce qu’il faut retenir, en toute chose je mets Dieu devant. Voilà comment j’ai créé JO services à l’époque avant de devenir Sitrad », fait-elle savoir. Travaillant dans un environnement où le Management des Ressources Humaines n’est pas toujours de qualité, Joséphine Sylvain Ngoma décide de s’arrimer très tôt aux normes internationales dans le domaine. Elle est beaucoup plus à l’écoute des salariés qui la considèrent comme leur mère et l’appellent d’ailleurs « Maman ». « L’instinct maternel permet aux femmes de mieux gérer certains problèmes que les hommes », déclare-t-elle.
Pour ceux qui la côtoient, cet instinct maternel que possède la DG de Sitrad-Congo est sans doute pour beaucoup dans sa capacité à relever les défis. Car, au bout de trois décennies d’activité, on la retrouve dans l’hôtellerie, l’immobilier, l’agriculture, l’élevage et la pisciculture. « Pour moi, l’immobilier vaut qu’une voiture. La pierre reste, mais pas la voiture. Ce sont des investissements pérennes. Je construis lorsque l’occasion se présente. C’est aussi l’une de mes passions », souligne Joséphie Sylvain Ngoma. Travailleuse infatigable, elle a, depuis janvier 2016, créée un atelier dénommé « SITRAD Congo Maintenance Industrielle ». Un atelier qui a pour mission de palier aux besoins de soudage, mécanique, l’instrumentation, maintenance industrielle.

Femme de cœur

Femme entreprenante, Joséphine Sylvain Ngoma n’est pas seulement une chef d’entreprise. Elle aussi connue pour sa générosité. Ce qui lui vaut l’appellation « Femme de cœur ». A l’en croire, tout commence lors du décès de Maman en 2001. Sa mère, la feue Marie Madeleine Gombez dite « Mémé Mado » était une femme de cœur. Elle travaillait aux affaires sociales au centre Jean Baba à Pointe-Noire. Dans le quartier, elle venait en aide aux personnes qui étaient dans le besoin. Elle apprenait la couture, la broderie aux jeunes filles du quartier. C’était une femme très généreuse. « Juste après le décès de Maman, toutes ces personnes se sont réfugiées chez moi. Cela s’est fait de façon naturelle. A mon tour, j’ai voulu le faire de façon officielle en créant la fondation « Marie Madeleine Gombez». Nous venons en aide aux personnes du 3eme âge, des handicapés. Nous faisons également des dons dans l’arrière-pays pour le simple fait que les gens font souvent des dons dans les grandes villes mais pas dans l’arrière-pays », explique-t-elle. Après plusieurs années de fonctionnement, la fondation a créé un centre médical qui a un pôle radio, un laboratoire et fait aussi de la médecine du travail.

Projets

Agée de 60 ans, la DG de Sitrad-Congo pense déjà à la relève afin de se tourner vers d’autres secteurs, notamment l’agriculture. Amoureuse de la nature, Joséphine Sylvain Ngoma conseille vivement aux femmes de se lancer dans l’Entreprenariat. «Les femmes doivent être Persévérantes, Patientes, Battantes. Elles doivent prendre l’exemple des femmes de l’Afrique de l’Ouest qui sont très battantes. Au Congo, j’invite les femmes à être battantes comme celles de la région du Pool », déclare-t-elle. Dans un contexte où l’ONU a mis les femmes et les jeunes au centre des Objectifs du Développement Durable, publiés le 25 Septembre dernier, elle pense qu’il est important aujourd’hui que l’on sache préserver l’environnement. Sinon, ceux qui viendront après vivront dans un monde désertique. Au cours de sa carrière professionnelle, plusieurs Prix lui ont été décernés.

La rédaction

  • banner
  • banner

Comments to Joséphine SYLVAIN NGOMA Une pionnière de l’industrie au Congo

Une réflexion sur “Joséphine SYLVAIN NGOMA Une pionnière de l’industrie au Congo

  1. JOEL SOUAMY dit :

    Il faut persévérer et faire face au quotidien qui ruse. Ton exemple prouve que l’ impossible est possible. A force de volonté et malgré les trébuchements on parvient toujours au but qu’on s’assigne. La race de tout ceux qui osent entreprendre est souvent incomprise dans nos sociétés, le progrès et la réussite sont à ce prix. Puisses-tu poursuivre ta route avec la même humilité, mais avec toujours plus de détermination. Bien fraternellement tien JOEL SOUAMY