3 mois ago
125 Views

État de l’Union : la démocrate Stacey Abrams se mesure à Donald Trump

Stacey Abrams
  • banner
  • banner

Cette ancienne candidate au poste de gouverneur de l’État de Géorgie, étoile montante du parti, a été choisie pour répondre au discours sur l’état de l’Union du président américain, une première pour une femme noire.

«Elle aura un très bel avenir politique!», lui a promis à l’issue des élections de mi-mandat Donald Trump, pourtant avare en compliment dès qu’il s’agit d’un adversaire politique. Ce mardi, Stacey Abrams aura la lourde charge de succéder au président sur les écrans de télévision de millions d’Américains.

Depuis 1966, la tradition veut que l’opposition, le plus souvent représentée par une étoile montante du parti, réponde au discours présidentiel sur l’état de l’Union. À croire ses pairs, Stacey Adams a toutes les qualités pour répondre à ce défi. «Elle est tout simplement une excellente porte-parole, elle est une leader incroyable», a justifié Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat.

Stacey Adams, 45 ans, s’est révélée au grand public l’automne dernier dans une course très médiatisée pour le poste de gouverneur en Géorgie. L’animatrice vedette Oprah Winfrey ou encore l’ancien président Barack Obama s’étaient déplacés en personne pour lui venir en aide. Le scrutin s’est malgré tout soldé par un échec.

La candidate affichait seulement 55.000 voix de retard dans cet État dominé par les républicains, où les stigmates de la ségrégation sont encore prégnants. Surtout, ses talents d’oratrice ont impressionné ses pairs. Dix jours après sa défaite, elle avait d’ailleurs réservé des mots très durs à son adversaire, accusé sans ambages d’avoir empêché des électeurs de voter.

À double tranchant

Noire et progressiste, Stacey Abrams incarne, à l’instar d’Alexandria Ocasio-Cortez, le nouveau visage du Parti démocrate qui a émergé à la faveur des élections de mi-mandat. Après avoir été la première femme noire à briguer un poste de gouverneur, elle devient donc la première à répondre au discours sur l’état de l’Union.

«Choisir une femme noire pour prononcer ce discours est une affirmation puissante sur la place où se trouvent le Parti démocrate et le pays», salue dans le Washington Post la consultante démocrate Karine Jean-Pierre. Cette décision est d’autant moins anodine que cette ancienne élue de l’Assemblée de Géorgie n’occupe à cette heure aucune fonction élective. Or le privilège est habituellement réservé à un membre du Congrès ou un gouverneur siégeant.

«Oui, je vais à nouveau me présenter. Je n’ai pas encore décidé à quoi.»

Stacey Abrams

Son passage à la télévision mardi soir s’annonce donc comme un possible tremplin dans sa carrière. Celle qui s’est lancée dans une tournée de remerciements le mois dernier, à travers la Géorgie, laisse planer le doute sur ses futures intentions.

«Oui, je vais à nouveau me présenter, a-t-elle seulement lâché courant décembre. Je n’ai pas encore décidé à quoi.» Son nom a été avancé pour les prochaines élections sénatoriales en 2020. Mais une mauvaise prestation pourrait tout aussi bien freiner net ses aspirations. L’exercice est périlleux. Plus d’un s’y sont brûlé les ailes.

Stacey Abrams en a bien conscience: «La première chose que je vais faire est de m’hydrater… Je suis terrifiée. (…) Ma responsabilité est non seulement de donner la parole à ceux qui croient ne pas avoir été vus ou entendus, mais de proposer des solutions… Et faire tout cela en 10 minutes.»

Roland Gauron

Source : Le Figaro

  • banner
  • banner