4 mois ago
122 Views

En France, parmi les 1 000 personnes les plus médiatisées en 2017, seules 169 sont des femmes

AFP et Le Monde
banner

La parole des femmes ne représente que 14,7 % des citations globales enregistrées pour les 1 000 personnalités du classement de l’Observatoire annuel de la parité dans la presse.

Elles représentent la moitié de la population, sauf dans la presse. Les femmes sont restées peu visibles dans les médias en 2017, rapporte mardi 2 janvier la plate-forme Pressedd dans son Observatoire annuel de la parité dans la presse. Avec à l’appui de cette assertion un chiffre choc : parmi les 1 000 personnalités les plus médiatisées en 2017, 169 seulement sont des femmes. Pis, leur parole ne représente que 14,7 % des citations globales enregistrées pour les 1 000 personnalités du classement.

La proportion de femmes dans les personnalités les plus médiatisées est restée peu ou prou équivalent à l’année précédente, puisqu’elle s’était établie à 16,8 % en 2016. Un chiffre loin des niveaux de 2013 (19,2 %) et 2014 (17,3 %), annonce Pressedd, dont le rapport est basé sur l’analyse des 1 500 premiers titres de presse française – presse quotidienne nationale et régionale, presse magazine, presse hebdomadaire régionale, professionnelle et spécialisée – et de 1 500 sites d’informations.

Business et sport, le néant paritaire

C’est dans la catégorie « business » que les femmes sont le moins sollicitées, puisqu’elles ne représentent que 1 % des intervenants. Parmi les 41 personnalités de la catégorie business présentes dans les 1 000 personnalités les plus médiatisées l’an dernier, le rapport recense seulement deux femmes : la patronne de la Fédération nationales des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), Christiane Lambert, et la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte. Les femmes ne représentent ainsi que 6 % du total des citations attribuées aux personnalités de la catégorie en 2017.

Une rareté que l’on retrouve également dans la catégorie « sport » de l’Observatoire. Ainsi, on note en 2017 la présence de seulement trois femmes sur les cent premières personnalités sportives dans la presse française (les joueuses de tennis Kristina Mladenovic, Caroline Garcia et Simona Halep). Les femmes sportives totalisent même environ 46 fois moins de citations que les hommes.

Une femme candidate à la présidence

En catégorie politique, le bilan est un peu moins morose en termes d’égalité, mais accuse tout de même un sévère déséquilibre. On compte ainsi seulement 24 femmes parmi les cent personnalités les plus médiatisées. Leur parole reste en outre rare, puisqu’elles n’ont prononcé que 17 % des citations attribuées aux personnalités politiques en 2017.

Un chiffre cependant en hausse par rapport à 2016, grâce notamment à la candidate à l’élection présidentielle Marine Le Pen, qui, avec 160 417 citations, est la troisième personnalité la plus sollicitée dans les médias. Viennent ensuite – loin derrière – la chancelière allemande, Angela Merkel, la première ministre britannique, Theresa May, et la maire de Paris, Anne Hidalgo.

A noter que dans le gouvernement d’Edouard Philippe, c’est la ministre du travail, Muriel Pénicaud, qui est la plus citée, devant la ministre de la santé, Agnès Buzyn, puis celle de la culture, Françoise Nyssen.

« Contexte singulier »

Pressedd souligne toutefois qu’un domaine atteint presque la parité en termes de répartition de la parole. Avec 49,7 % de citations de femmes, la catégorie « culture et médias » donne un peu plus voix à la gent féminine, dont 34 représentantes figurent dans le classement des 100 personnes les plus médiatisées. L’actrice française Isabelle Huppert est en tête de ce décompte, devant les Américaines Kim Kardashian, Beyoncé Knowles, Ariana Grande et Rihanna.

Un chiffre que l’Observatoire ne manque pas de mettre en relation avec « le séisme provoqué par les révélations de harcèlement sexuel à l’encontre du producteur américain Harvey Weinstein ». Un « contexte singulier », note l’observatoire, puisque davantage de femmes ont été sollicitées pour évoquer leur expérience en termes de harcèlement sexuel.

Source : AFP et Le Monde

  • banner
  • banner