10 mois ago
265 Views

Dès le premier emploi, les femmes envisagent des salaires inférieurs à ceux des hommes

Salaire
  • banner
  • banner

Une enquête du cabinet Universum, réalisée auprès d’étudiants en écoles de commerce et d’ingénieurs dans 29 pays différents, montre que les prétentions salariales des hommes sont largement supérieures à celles des femmes.

Les inégalités salariales entre les femmes et les hommes se créent-elles avant même le premier emploi? Une vaste enquête du cabinet de conseil Universum, menée dans 29 pays différents auprès de 533 351 étudiants, dévoilent les prétentions salariales des «talents» de demain. La question, posée à des étudiants ingénieurs et en écoles de commerce, était simple: «Quel salaire pensez-vous percevoir dans votre premier poste après obtention de votre diplôme?»*. Le principal résultat de cette enquête est inquiétant: quelle que soit la filière ou le pays, les prétentions salariales des hommes sont supérieures à celles des femmes.

En France, les étudiants en école de commerce pensent gagner 42.890 dollars pour leur premier emploi, soit 34 346 euros. Les étudiantes, elles, tablent sur un premier salaire de 38.762 dollars en moyenne, soit seulement 31 042 euros. Plus de 3000 euros de moins par an! La différence est lègèrement inférieure pour les écoles d’ingénieurs. Les étudiants s’imaginent à 34.329 euros bruts par an, contre 31.608 euros pour les étudiantes, qui sont plus exigeantes que leurs homologues d’écoles de commerce.

En Malaisie et en Suède, des prétentions salariales moins inégalitaires

Pour les étudiants de la filière Business, c’est en Malaisie, en Suède et au Canada que les différences sont les moins importantes entre les salaires souhaités par les étudiantes et les étudiants. Au contraire, les femmes qui étudient le commerce sont moins exigeantes que leurs camarades masculins en Russie, en Inde et en Espagne, pays où les écarts sont les plus importants. Auprès des étudiants en filière Ingénieurs, les écarts entre prétentions féminines et masculines sont à nouveau les moins importants en Suède et en Malaisie, ainsi qu’à Singapour. Ils sont les plus importants aux Pays-Bas, en Indonésie, et de façon surprenante… au Canada.

«Il est difficile d’expliquer pourquoi les hommes ont des prétentions salariales beaucoup plus élevées que les femmes» indique le cabinet Universum, pour qui «il est important que les étudiantes s’alignent sur les prétentions des hommes et négocient leurs salaires sans quoi les inégalités, une fois dans le monde du travail, persisteront». Une autre solution, selon Universum serait «d’encourager les entreprises à être proactives en mettant en place des grilles de salaires et en s’engageant pour combler les inégalités». Plus facile à dire qu’à mettre en place.

Grande entreprise veut dire gros salaire

De manière générale, l’enquête montre que les étudiants en ingénierie ont des prétentions salariales plus importantes que leurs homologues en filière business. L’écart le plus élevé entre les deux filières est observé au Brésil où le salaire souhaité des ingénieurs est 1.3 fois plus élevé que celui des commerciaux, soit un écart de plus de 5000 dollars! Seuls deux pays font exception: au Royaume-Uni et en Russie, les étudiants en filière Business ont des prétentions salariales supérieures à celles des futurs ingénieurs.

Autre constat de l’enquête Universum: les étudiants adaptent leurs prétentions en fonction de la taille des entreprises dans lesquelles ils espèrent travailler. Les étudiants qui aspirent à travailler dans une macro-entreprise ont des prétentions salariales supérieures à la moyenne.

* «Merci de nous indiquer un montant avant impôt, excluant bonus et commissions», précisait la question.

Paul DE COUSTIN

Source : Le Figaro Etudiant

  • banner
  • banner