3 années ago
2422 Views

Blanche Akouala Digne ambassadrice du Nzango

Blanche Akouala
  • banner
  • banner

La présidente de la Fédération congolaise de Nzango (Feconza) travaille d’arrache-pied afin d’imposer le Nzango parmi les sports de démonstration les plus importants d’Afrique.

Blanche Akouala assume depuis juillet 2012 la plus haute fonction de la Fédération congolaise de nzango (Féconza), celle de présidente. C’est à elle que revient depuis quatre ans la lourde responsabilité d’animer l’actuelle dernière-née des Fédérations sportives nationales, dans son pays. Au Congo Brazzaville, toutes les petites filles ont joué au «Nzango» à l’école ou dans la rue. Aujourd’hui, ce jeu enfantin a acquis ses lettres de noblesse en tant qu’un véritable sport, présenté en démonstration aux Jeux africains de Brazzaville en 2015. Mêlant gymnastique, danse, chanson et une bonne dose de chance, le Nzango est populaire sur les deux rives du fleuve Congo, au Congo-Brazzaville et en République démocratique du Congo. Selon la Fédération congolaise de nzango (Feconza) de Brazzaville, la naissance du jeu se perd quelque part dans le nord de la République du Congo, bien avant l’indépendance du pays en 1960. «Nzango» signifie littéralement «jeu de pied» en lingala, la première langue du Congo. Porté à la tête de la Feconza il y a quatre ans, Blanche Akouala travaille d’arrache-pied afin d’imposer cette discipline parmi les plus grands sports de démonstration sur le continent. Une lourde responsabilité que Blanche assume pleinement pour ne pas ternir son statut de deuxième femme à la tête d’une fédération sportive nationale, après Dominique Rachel Ngouabi qui dirige celle de la natation. Chimiste de carrière, Blanche Akouala assure également, et depuis 2012, la présidence du bureau exécutif de l’Association «La Fraternelle Gamboma», une ONG de développement regroupant les femmes ressortissantes du district de Gamboma (département des Plateaux).

  • banner
  • banner