5 mois ago
218 Views

Au féminin, l’ambition reste taboue

Ambition
  • banner
  • banner

Le think tank PWN encourage les femmes à travailler le sentiment de légitimité et à se défaire de nombres de considérations stéréotypées et genrées.

Le think tank ‘Women & Ambition’ du réseau Professional Women’s Network (PWN) a présenté, jeudi 20 septembre, les résultats de sa dernière étude. Intitulée ‘Ambition Professionnelle, regards croisés femmes – hommes’, l’enquête vise à éclairer sur la perception qu’ont les femmes de leur propre ambition au travail, et de la comparer à celle les hommes. Ces travaux, réalisés entre juillet et décembre 2017, se sont appuyés sur un questionnaire en ligne auquel 4.809 femmes et 554 hommes ont répondu.

Une ambition masculine survalorisée 

Résultat : si l’ambition est perçue comme une valeur positive par une forte majorité de femmes (93 %) et que 88 % d’entre elles déclarent effectivement être ambitieuse, 77 % jugent l’ambition encore taboue chez les femmes. Autre enseignement intéressant : les femmes ont tendance à survaloriser l’ambition masculine (65 % la jugent très importante pour la carrière des hommes) et sous-valorisent la leur. Une proportion de seulement 38 % de femmes considère l’ambition très importante pour leur carrière et 56% citent la confiance en soi et la moitié d’entre elles l’audace (exactement « la capacité à oser ») comme des éléments susceptibles de les aider à développer davantage leur ambition professionnelle.

Les femmes et les hommes s’accordent pour affirmer que l’épanouissement personnel et la construction de leur carrière constituent les principaux moteurs de leur ambition professionnelle. Mais les hommes ont davantage tendance à citer des facteurs liés au pouvoir et à l’argent. D’ailleurs deux tiers des femmes interrogées perçoivent les hommes comme en quête constante de pouvoir, d’argent et de visibilité.

Alors que les femmes attribuent des caractéristiques plutôt positives aux plus ambitieuses d’entre elles (volonté, détermination), elles ont tendance à percevoir l’ambition masculine plus négativement, notamment en termes de carriérisme (58 %) et de domination (34 %).

Les principaux moteurs ou leviers de l’ambition professionnelle ? Hommes et femmes évoquent leur éducation, eux-mêmes et leur réseau. A noter également, au nombre des freins à l’ambition : la culture d’entreprise (38%) et eux-mêmes (29%) principalement, mais aussi évoqués les managers,  l’éducation et les enfants. Et près de la moitié (47 %) des personnes interrogées considère que l’entreprise n’encourage pas leur ambition.

Peu d’encouragement au sein de l’entreprise

Quelles conséquences pour les entreprises ? PWN les invite à créer un environnement plus propice à l’affirmation de l’ambition des femmes  et des hommes (ces derniers aussi éprouvent le sentiment que les entreprises devraient jouer un rôle plus actif). En ce domaine, le réseau insiste sur l’importance du rôle des managers. Or seuls 41 % des personnes sondées déclarent avoir été incitées par leur manager à vivre pleinement leur ambition.

Autre préconisation : le think tank encourage à se défaire des considérations stéréotypées et genrées de l’ambition. Selon PWN, il faudrait ‘oser nuancer le discours sur l’ambition des hommes’ et ‘prendre conscience du fait que tous les hommes ne partagent pas certaines valeurs communément admises comme relevant de la masculinité’. Cela permettrait de se détacher d’idées préconçues selon lesquelles l’ambition est un attribut plus masculin (34 % des femmes le pensent). L’ambition doit devenir une qualité toute aussi féminine que masculine, ce qui doit passer par la suppression des tabous stéréotypés.

Le rapport de PWN se conclut sur les 90 % de femmes et d’hommes qui disent vouloir transmettre le goût de l’ambition à leurs enfants.

CLÉMENTINE BABIN-HEYNARD

Source : Les Echos

  • banner
  • banner